annonce côté logo

mercredi 29 décembre 2021

Peine de mort argumenter selon un plan concessif


Production écrite : Argumenter selon un plan concessif, la peine de mort 

Sujet :


Nombreux sont ceux qui, comme Victor Hugo, soutiennent que la peine de mort devrait être abolie. Partagez-vous ce point de vue ? Développez votre point de vue dans un écrit bien argumenté suivant un plan concessif : (voir les procédés de la concession dans l’activité de langue).




Le plan concessif :

A. La thèse : c’est la thèse de l’adversaire : certes, il est sûr que, il est vrai que. …
B. L’antithèse : la thèse défendue : mais, or, cependant, toutefois, par contre. .

Exemple : Il est vrai qu’il faut punir tout criminel pour faire régner la justice, mais cette punition ne doit pas aller jusqu’à la peine de mort car L’emprisonnement est tellement suffisant pour châtier le coupable, en plus…=>Pour l’exemple, je suppose que je partage le même point de vue que Victor Hugo c’est-à-dire que je suis contre l’application de la peine de mort. Alors : 
La thèse : est celle de mon adversaire : il faut appliquer la peine de mort. 
L’antithèse : c’est la thèse que je défends et qui est opposée à celle de mon adversaire : il faut abolir la peine de mort.

Les arguments :

1) Pour la peine de mort :
• Il faut punir les criminels pour faire régner la justice. 
• Chaque être humain est responsable de ses actes et doit subir les conséquences. 
• La loi doit être juste et applicable à tout criminel malgré sa classe sociale. 
• Il faut punir les coupables pour donner l’exemple et dissuader les éventuels criminels.
• L’exécution des criminels garantie la sécurité au sein de la société et instaure la confiance entre ses citoyens. 
2) Contre la peine de mort :
• L’emprisonnement suffit pour châtier (punir) un coupable, ensuite la justice ne doit pas punir mais corriger. 
• L’erreur judiciaire prouve qu’on peut punir des innocents. Que faire quand il s’agit de la peine de mort ? Est-il possible de rendre la vie à un innocent condamné à tort ? 
• L’application de cette peine n’a pas mis fin au crime.  Au contraire, le spectacle de l’exécution se réjouit de la mort des condamnés. 
• L’exécution d’un être humain est un acte barbare par lequel on punit aussi sa famille, ses proches et ses amis.
• L’exécution est un acte affreux qui sème le trouble, la peur et l’insécurité dans la société.

La production écrite :

                        Dans son roman à thèse, Victor Hugo défend avec ardeur l’abolition de la peine de mort en développant une argumentation rigoureuse à travers les quarante-cinq chapitres de son œuvre. Alors, doit-on abolir cette peine ou au contraire l’appliquer ?


                        En ce qui me concerne, même si je suis convaincu que tout crime commis mérite certainement un châtiment pour faire régner la justice, or ce châtiment doit se limiter à l’emprisonnement si on vise vraiment à corriger les actes des criminels et non seulement à les punir. 

Dès lors, pourquoi la peine de mort ? Pourquoi ôter la vie à un être humain sans qu’on soit le créateur ? En plus, il est vrai qu’il faut punir les coupables pour donner l’exemple et dissuader les éventuels criminels, toutefois, il est important de rappeler l’inutilité de cette peine barbare étant donné le taux de la criminalité qui est en augmentation permanente dans notre pays. 
Aussi, le spectacle de la peine de mort, loin de servir en exemple, il n’est qu’une occasion de fête et de jouissances pour les citoyens qui se divertissent de la mort des condamnés. 
Enfin, il est sûr que la loi doit être applicable à tout criminel pour garantir la sécurité au sein de la société, cependant je me demande, dans le cas d’une erreur judiciaire, s’il est possible de rendre la vie à un innocent condamné à tort ? Bien sûr que la peine de mort est irréparable. D’autre part, pensant à la famille du condamné, quel crime a-t-elle commis pour que la société la punisse en donnant naissance à des veuves et des orphelins ? 
 

                      En somme, je partage sûrement le point de vue du grand écrivain engagé Victor Hugo et je pense qu’il est temps d’agir en urgence dans notre pays, dans le but de répandre (propager) la paix et la justice dans notre société. Alors, arrêtons cette barbarie, arrêtons cette peine. 

 

   Boîte à outils

  • Pour présenter le sujet : Il faut d’abord rappeler que…/Actuellement/De nos jour, on assiste à.…/Il est tellement question de…
  • Pour dégager la problématique : Dans ce sens/A ce propos/ On peut s’interroger sur/La question qui se pose/ A ce sujet…
  • Pour introduire le point de vue personnel : En ce qui me concerne, j’affirme que/ Amon avis/ Selon mon opinion/ Je suis tellement convaincu que/ J’ai la nette conviction que/Je crois (Je ne crois pas)/Quant à moi, je suis persuadé que/Je partage ce point de vue/je suis d’accord avec cette opinion/ Je suis en désaccord total avec cette idée/Il me semble que …
  • Pour introduire un exemple : Par exemple/Notamment/ A titre d’exemple/ Tel est le cas, par exemple de/Ainsi que / C’est le cas de /Dans le cas de/ Comme/Prenons le cas de …
  • Pour conclure : En conclusion/Enfin, il faut souligner que/En somme, on constate que…/Finalement, il semble que/En résumé, on peut considérer que…
  • Pour exprimer la cause : parce que/car/en effet/vu que/puisque/la cause, la raison, le motif, l’origine est…/cela provient de/ cela est dû à /cela est causé par/du fait que…
  • Pour exprimer la concession : Certes…mais/Il est vrai que…cependant/Sans doute…or/malgré/même si/bien que(+subjonctif) …
  • Pour énumérer des arguments : D ’abord, ensuite, de plus, en outre, par ailleurs, enfin, …D’une part…d’autre part/ En premier lieu, en deuxième lieu, en dernier lieu/non seulement…mais encore…
  • Pour annoncer une nouvelle étape : Pour ce qui est de…/Quant à/ Après avoir souligner l’importance de…passons à …
  • Pour s’opposer : Mais/Cependant/Or/Toutefois/Néanmoins/Tandis que/Pourtant/Alors que/En revanche/Par opposition/ A l’encontre de /Par contre…
  • Pour exprimer la conséquence : Par conséquent/D’où/Le résultat est…/Alors/En conséquence/Dés lors/ Ainsi/C’est pourquoi/Ce qui aboutit à …
  • Pour exprimer le but : Dans le but de /Afin de/pour/Dans l’intention de/La visée, le but, l’objectif est de …
  • Pour exprimer la condition : Admettons que/ Supposons que/Si /Au cas où/A condition de/En cas de/A supposer que/A condition que…
  • Pour expliquer ou reformuler : C’est-à-dire/cela veut dire /ce qui signifie /Autrement dit / D’une autre manière/ A savoir…
  • Pour insister : Il faut souligner que/D’autant plus que/Il faut insister sur le fait que/Rappelons que/Il ne faut pas oublier que/ Il importe de souligner l’importance de…
  • Pour attirer l’attention : Il faut attirer l’attention sur le fait que/Notons que/ Précisons que/Il faut mentionner que…

expression de la concession



Langue: l’expression de la concession


I-Exemples :

1.Il aime Antigone, alors que son ami préfère La Boîte à Merveilles. 
2.Il connaît parfaitement les règles de l’orthographe, mais il commet de nombreux erreurs.
3. Certes, on doit punir les criminels, mais sans les condamner à mort. 
  • Dans la phrase 1, il s’agit de deux idées indépendantes qui ne se contredisent pas =》Alors, dans la 1ère phrase on exprime l’opposition. 
      ▪ Dans la deuxième phrase, ils s’agit de deux faits contradictoires car une personne qui connaît parfaitement les règles de l’orthographe, logiquement ne doit pas commettre des erreurs.
▪ =》Alors, dans la 2ème et la 3ème phrase, on exprime la concession. 

II- Définition :

Dans la concession, on approche deux faits qui sont contradictoires mais qui n’empêche pas l’action d’avoir lieu. C’est aussi une stratégie argumentative par laquelle un locuteur montre son accord avec la thèse de son adversaire dans le but de mieux soutenir et défendre sa propre thèse .

III- Les procédés de la concession :

1-Une conjonction de subordination +mode indicatif (Alors que, même si…) : 

▪ Même s’il est en retard, il est le premier à accomplir son travail. 

2-Une conjonction de subordination +mode subjonctif (Bien que, quoi que, sans que…)

▪ Bien qu’il soit courageux, il ne peut pas avouer son crime.

3-Une conjonction de subordination+ mode conditionnel 

▪ Quand bien même il serait riche, il habiterait dans un quartier populaire.

4- Une préposition : (malgré, en dépit de, sans, au risque de…)

▪ En dépit de sa gentillesse, personne ne s’intéresse à sa présence.

5- Un adverbe : (pourtant, néanmoins, toutefois, cependant, quand même, [certes, il est vrai que +mais, or]…)

▪ Il est jeune, pourtant il s’habille comme un vieillard.

6-Une location verbale : ( avoir beau )

▪ Il a beau fourni des efforts , il ne progresse plus.

IV- Application :

A. Reliez les deux propositions pour exprimer la concession

-Elle est venue, personne n’a répondu . 
-Nous irons au stade, même s’il a avoué la vérité. 
-Le nombre des criminels augmente, quoi qu’soit le temps .
-Vous ne le croyez pas, en dépit de son handicap.
-Vous avez beau appelé, malgré la peine de mort .

B. Complétez de manière à exprimer la concession :

1.Bien qu'il ………….., elle se rende régulièrement à son travail. 
2.Même s’il est condamné à mort, ……….
3.Malgré …………………….,il est toujours chanceux. 
4.Quand bien même tu . ………………,tu ne défendrait plus les 
hypocrites.
5.En dépit de sa richesse , ce jeune ………………………
6.Vous avez beau tenté de le convaincre, …………..
7.Certes, vous êtes compétent, mais………….
8.Il est vrai que la pandémie de Covid -19 se propage rapidement, 
cependant.…………

C. Formulez 5 phrases en exprimant la concession tout en variant les procédés.

Solidarité production écrite

 

Production écrite: La solidarité

Sujet :