annonce côté logo

dimanche 2 janvier 2022

Focalisation types

  



les types de focalisation

La focalisation: Définition

C’est le point de vue du narrateur( la voix qui raconte l’histoire) à partir duquel les éléments de cet univers sont décrits et racontés. On distingue 3 types. 

1-Zéro ou omnisciente
2-Interne
3-Externe

1-Zéro ou omnisciente (Narrateur >personnage)

C’est l’absence de focalisation,lorsque le narrateur a un savoir plus que le personnage, il voit tout et sait tout :Ce qui se passe, ce qui s'est passé, et ce qui se passera. C'est un Dieu de l'histoire.

2-Interne

(Narrateur = personnage)Le narrateur est un personnage de l'histoire qui décrit et raconte les événements. Son savoir est limité à celui du personnage.Impression de subjectivité

3-Externe

(Narrateur <personnage ):Le narrateur est un témoin externe de l'histoire. Il ne raconte et décrit que ce qui est visible et extérieur. Il sait moins que n’en sait le personnage.C’est un observateur objectif comme une caméra.
Exemple: focalisation zéro
«La vieille dame qui tricote à côté de la nourrice qui a élevé les deux petites, c'est Eurydice la femme de Créon. Elle tricotera pendant toute la tragédie jusqu'à ce que son tour vienne de se lever et de mourir, elle est bonne, digne, aimante. Elle ne lui sera d'aucun secours. »  Antigone, Jean Anouilh.
  • Le narrateur a un savoir absolu concernant la vieille : Son présent, son passé et même son sort (avenir), ses qualités ( bonne, digne, aimante).
▪ Emploi de la 3ème personne,
▪ L’omniscience du narrateurc’est-à-dire sa présence dans plusieurs lieux à même moment. 
▪ Ce type de focalisation garantie au lecteur le plus grand nombre d’informations sur l’histoire.
Exemple: focalisation interne : « J’avais peut-être six ans. Mamémoire était une cire fraîche et les moindres événements s’y gravaient en images ineffaçables. Il me reste cet album pour égayer ma solitude, pour meprouver à moi-même que je ne suis pas encore mort. »       La Boîte à Merveilles, Ahmed Sefrioui.
  • Le narrateur est un personnage de l’histoire, c’est à travers son point de vue que l’histoire est racontée: 
▪ Le « je », 
▪ Verbes de perception( voir, entendre, sentir…) et de jugement ( penser, croire, prouver…)
▪ Vocabulaire des sentiments (solitude),
▪ Modalisateurs: « peut-être ».
Exemple: focalisation externe

« le chauffeur est descendu, il me tourne le dos. Il m'est à moitié caché par de hautes herbes qui me 
séparent de la voiture. Il tire la portière pour faire descendre le passager [...] Il a sauté à terre. Ilfait quelques pas vers nous , sort des herbes et m'apparaît en pleine lumière. » La Planète des singes, Pierre Boulle.

  • Le narrateur est un témoin externe de l’histoire: on peut suivre les mouvements du chauffeur sans accéder à ses pensées.
▪ Emploi de la 3ème personne,
▪ Vocabulaire objectif (neutre), 
▪ Absence des marques de jugement et du vocabulaire dessentiments,
▪ Absence des modalisateurs.

Analyse chapitreXLVIIIDernier jour d’un condamné.

 

  Analyse chapitre XLVIII :<<Début. ..Allons mon fils>>,Dernier jour d’un condamné. 

I.La toilette du condamné 

Dans une chambre de l’hôtel de ville une heure avant l’exécution du condamné,  le bourreau et ses deux valets faisaient sa toilette qui consiste à : 

•Couper ses cheveux. 

•Enlever sa veste, détacher sa cravate, couper le col de sa chemise. 

•Lier ses mains et ses pieds par une corde.

II.Les sentiments du condamné 

-J’ai tremblé 

-j’ai eu beau roidir (devenir rigide, inflexible ), beau me crisper(resserer), le cœur m’a falli(ne pas tenir le coup). 

-Mes coudes ont tressailli(trembler ) et j’ai laissé échapper un rugissement ( un cri )étouffé.

III. Les personnes impliqués dans l’exécution 

le bourreau et ces deux valets.La description de ces personnes et de la foule  est dévalorisante dans le but de dénoncer la peine de mort :

•L’horrible peuple qui aboie. 
•Le plus vieux, était gras et avait la face rouge .
•(…) comme des chats..
•C’était le bourreau, le valet de la guillotine. ..
•Ces bourreaux sont des hommes très doux  (l’antiphrase : c’est le contraire qu’il veut dire ).
•Le gros homme au visage bourgeonné. ..

IV. Conclusion 

En recourant à l’ironie :<<Ces bourreaux sont des hommes très doux>>, le narrateur développé une forte argumentation pour défendre sa thèse : l’abolition de la peine de mort.