google.com, pub-3973127691303297, DIRECT, f08c47fec0942fa0 français au lycée: tronc commun, 1ère/2ème A. bac, boîte à merveilles,: Registre polémique caractéristiques google.com, pub-3973127691303297, DIRECT, f08c47fec0942fa0

annonce côté logo

jeudi 23 décembre 2021

Registre polémique caractéristiques


https://youtu.be/isKukIs2Rno   

Le registre polémique 

Le support : Extrait de La Préface de 1832, Victor Hugo, Le Dernier jour d’un condamné. 

Ceux qui jugent et qui condamnent disent la peine de mort nécessaire. D'abord, - parce qu'il importe de retrancher de la communauté sociale un membre qui lui a déjà nui et qui pourrait lui nuire encore. 0r, - S'il ne s'agissait que de cela, la prison perpétuelle suffirait. A quoi bon la mort ? Vous objectez qu'on peut s'échapper d'une prison ? faites mieux votre ronde. Si vous ne croyez pas à la solidité des barreaux de fer, comment osez-vous avoir des ménageries ?
Pas de bourreau où le geôlier suffit.
Mais, reprend-on, - il faut que la société se venge, que la société punisse. - Ni l'un, ni l'autre. Se venger est de l'individu, punir est de Dieu.
La société est entre deux. Le châtiment est au-dessus d'elle, la vengeance est au-dessous. Rien de si grand et de si petit ne lui sied. Elle ne doit pas "punir pour se venger"; elle doit corriger pour améliorer. Transformez de cette façon la formule des criminalistes, nous la comprenons et nous y adhérons.
Reste la troisième et dernière raison, la théorie de l'exemple. - Il faut faire des exemples ! il faut épouvanter par le spectacle du sort réservé aux criminels ceux qui seraient tentés de les imiter ![…]
Eh bien ! nous nions d'abord qu'il y ait exemple. Nous nions que le spectacle des supplices produise l'effet qu'on en attend. Loin d'édifier le peuple, il le démoralise, et ruine en lui toute sensibilité, partant toute vertu[…] 
Mais à huit heures du matin ! Qui est-ce qui passe là ? Qui est-ce qui va là ? Qui est-ce qui sait que vous tuez un homme là ? Qui est-ce qui se doute que vous faites un exemple là ? Un exemple pour qui ? Pour les arbres du boulevard, apparemment.


I-Définition 

Le mot polémique vient du grecque <<polemos>> : la guerre. (Il s’agit d’une guerre verbale)
Il caractérise les textes où le locuteur rappelle les idées de ses adversaires pour les réfuter et soutenir sa propre thèse. 
Il -la thèse et l’antithèse :
1-la thèse adverse : la peine de mort est nécessaire. 
2-la thèse soutenue : la peine de mort n’est pas nécessaire. 

III- Les caractéristiques du texte polémique : 

Le texte est basé sur : Argument/contre argument : 
L’argument :<<il importe de retrancher de la communauté sociale un membre qui lui a déjà nui et qui pourrait lui nuire encore. >>
 Contre argument :<<- S'il ne s'agissait que de cela, la prison perpétuelle suffirait. A quoi bon la mort ?>> 
• Les fausses questions : A quoi bon la mort ? 
L’interpellation du destinataire : ceux qui jugent et qui condamnent /vous. 
Les exclamations : l’auteur s’énerve contre la théorie de l’exemple : Il faut faire des exemples ! Il faut épouvanter par le spectacle du sort du sort réservé aux criminels. ..
Les figures de style (de l’opposition) 

  1. L’antithèse : <<se venger est de l’individu , punir est de Dieu>>. 
  2. L’antiphrase : <<un exemple pour qui ? Pour les arbres du boulevard, apparemment>>.
  3. La périphrase : <<ceux qui jugent et qui condamnent.>> c’est-à-dire les juges.

IV-Application :

Repérez la thèse adverse, la thèse soutenue et les procédés employés pour la défendre à partir du chapitre XXXIX du Dernier jour d’un condamné.
La thèse adverse  : 
L’exécution par la guillotine ne fait pas souffrir le condamné. 
La thèse soutenue :
L’exécution par la guillotine ou par n’importe quel moyen est toujours un moyen de martyre pour le condamné à mort. 
Les procédés employés :
  1. L’interpellation du destinataire : <<ils >>, <<leur  >> c’est-à-dire les juges. 
  2. Les questions oratoires ou les fausses questions :<< Et ! Qu’est-ce donc cette agonie de six semaines et ce râle de tout un jour ? >>
  3. Phrases exclamatives : <<Conte-t-on que jamais une tête coupée se soit dressée sanglante au bord  du panier et qu’elle ait crié au peuple :Cela ne fait pas mal !  >>

Les figures de style :

  1. L’antiphrase : <<C’est bien inventé. Tenez- vous-en la. La mécanique( la guillotine ) est bonne >>. 
  2. L’antithèse : <<Qu’est-ce que les angoisses de cette journée irréparable, qui s’écoule si lentement et si vite ? >>
  3. La gradation :<< Se sont-ils jamais mis seulement en pensée, à la place de celui qui est là, au moment où le lourd tranchant qui tombe mord la chaire, rompe les nerfs, brise les vertèbres>>. 
  4. L’hyperbole : <<Ne sont-ce pas les mêmes convulsions, que le sang s’épuise  goutte à goutte, ou que l’intelligence s’éteigne pensée à pensée ?>>
  5. L’anaphore : <<Eh ! Qu’est-ce donc cette agonie de six semaines et ce râle de tout un jour ? Qu’est-ce que les angoisses de cette journée irréparable , qui s’écoule si lentement et si vite ? Qu’est-ce que cette échelle de tortures qui aboutit à l’échafaud ? >>


L’argument : Couleur jaune.

Le contre argument : Couleur verte.

Voir aussi:👍👍👍👍



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article épinglé

La Violence dans l'Enseignement : Causes, Conséquences et Limitations

La Violence dans l'Enseignement : Causes, Conséquences et Limitations               Il est primordial  de rappeler que la violence en ...