annonce côté logo

dimanche 23 janvier 2022

La Ficelle, résumé, événements principaux




       la nouvelle réaliste: La Ficelle, Guy de Maupassant

       définition 

C’est un genre narratif emprunté au mot italien « Novella », apparu en France en 1414. 

       Les caractéristiques de la nouvelle:

  • Un récit court concentré sur une action unique.
  • Un nombre limité de personnages.
  • Un rythme accéléré.
  • Lieux et objets décrits sommairement
  • ( sans détails).
  • Le dénouement de l’histoire est inattendu: la chute.

la nouvelle réaliste:

 C’est une nouvelle qui, comme son nom l'indique, se fonde sur la réalité.

Caractéristiques de la nouvelle réaliste:

  • Elle est inspirée de faits réels. 
  • Elle évoque des lieux réels (ville, pays, rues, etc.)
  •  Elle met en scène peu des personnages, mais fortement caractérisés, dans un cadre spatio-temporel délimité.
  • Elle est centrée sur un fragment de vie ou une anecdote. 
  • Elle cherche à raconter une histoire ou un fait dans toute sa vérité.

Titre de l’œuvre : 
  ’’ La ficelle’’, écrite en 1883.
Auteur et siècle:
 Guy de Maupassant, écrivain français, auteur de romans, de nouvelles et de contes,  ( né le 5 aoûte 1850 au château de Miromesnil à Tourville-sur-Arque en Seine-inférieur  (aujourd'hui Seine-Maritime)  et décédé le 6 juillet  1893 à Paris, parmi ses œuvres: ‘’Aux Champs’’ , ’’ Bel-Ami ’’, ‘’Conte du jour et de la nuit’’, ‘’Boule de Suif’’ , le 19ème siècle. 
Les indicateurs spatio-temporels: 
Les routes, le bourg, le marché, Goderville, les auberges, village de Bréauté, route de Beuzeville/jour de marché, autrefois, le lendemain, la fin de décembre, les premiers jours de janvier…  .
Genre littéraire: 
une nouvelle réaliste.
Structure de l’œuvre: la nouvelle a une structure narrative constituée généralement d’une situation initiale, un événement perturbateur, les résultats de la perturbation ( péripéties) et un dénouement souvent inattendu (la chute).
Thèmes essentiels:  la calomnie, l’injustice, la malice, la campagne, la cruauté, ...
 Type de texte dominant:  narratif- descriptif- argumentatif.
Type de phrase: déclaratif, exclamatif, interrogatif.
Registre de langue(niveau):  courant et familier. 
Les champs lexicaux dominants:
La campagne : paysan, animaux, charrue, rudes travaux, l’étable, le champ, maquignon… 
Les animaux: vache, un veau, poulets, canards, bêtes, bœufs, volailles, l’étable, le fumier, le foin, bestiale, crotte …
L’accusation: soupçon, accroire, accusait, perplexe, protester, incrédules, complice, défense, argumentation, protestations, raisons, prouver, innocence…
L’injustice: indignation, menteries, s’injurièrent, se fâchait, s’exaspérant, enfiévrer,, suffoqué, honteux, indigné,
 Les sentiments: surpris, inquiet, interdit, apeuré, colère, furieux, peur, étranglé, atterré, désolé
La moquerie: riait, plaisanter, goguenarde, les plaisants, s’amuser, 
La mort: s’épuisait, dépérissait, malade, s’affaiblissait, s’alita, mourut, l’agonie. 

Les personnage principaux 

 Maître Hauchecorne :   un paysan normand de Bréauté 
 qui souffre de rhumatismes. C’est le personnage principal de
 la nouvelle. Étant un homme économe, il a ramassé par terre
 un petit bout de ficelle, or on l’accuse d’avoir ramassé 
 le portefeuille perdu par Houlbrèque. 
Maître Malandain : un bourrelier qui réside à Goderville et 
 qui est en conflit avec maître Hauchecorne, c’est pourquoi il va 
Faire une fausse déclaration en l’accusant d’avoir voler le portefeuille.
Le maire:  c’est le notaire de l’endroit, homme gros, grave, à phrases
  pompeuses, il va interroger maître Hauchecorne  au sujet du vol du
  portefeuille du maître Houlbrèque après son accusation par maître Malandain .

Les autres personnages

Maître Jourdain : un aubergiste et maquignon, un malin qui avait des écus. 
   Toute « l'aristocratie de la charrue » mangeait chez lui.
Le brigadier : C’est lui qui est venu à l’auberge chercher maître Hauchecorne pour qu'il se présente auprès du bureau de M. le maire.
Maître Houlbrèque : le paysan qui a perdu son portefeuille sur la route.
Marius Paumelle : le valet de ferme de maître Breton qui a trouvé et rendu le portefeuille de maître Houlbrèque. 
Maître Breton : un cultivateur à Ymauville chez qui travaille Marius Paumelle.
Le crieur public : Celui qui annonça la perte du portefeuille dans toutes les places de Goderville.
Le fermier de Criquetot : le paysan qui traita maître Hauchecorne de « gros malin » en remettant en cause son innocence.
Le maquignon de Montivilliers : celui qui accusa maître Hauchecorne d'avoir fait reporter le portefeuille par un complice.
Les paysans et leurs femmes

Les évènements principaux de la nouvelle

    Le jour du marché dans le bourg normand de Goderville , maître Hauchecorne ramasse un petit morceau de ficelle, sous les yeux d’un bourrelier, Malandain, son ancien ennemi.
  Un crieur public réclame le vol d’un portefeuille appartenant au maître Houlbrèque .     
    Maître Hauchecorne est alors  accusé d’avoir trouvé et conservé le portefeuille suite au témoignage de Malandain. 
     Il est convoqué chez le maire pour s’expliquer, le pauvre a vainement tenter de prouver son innocence et qu’il a simplement ramassé une petite ficelle et non un portefeuille. 
     Le lendemain, Marius Paumelle, valet de ferme du maître Breton restitue le portefeuille qu’il a trouvé sur la route à son propriétaire;  maître Hauchecorne se croit enfin délivré. 
     Plus il raconte son histoire et plus les autres croient que c’est lui le coupable et Marius n’est que son complice dans ce vol. 
     Hauchecorne, tellement humilié par les regards accusateurs et les attitudes incrédules des habitants du village, finit par s’aliter et mourut vexé par l’injustice.


Résumé de la nouvelle:


            C’est jour de marché dans le bourg normand de Goderville où se rend un paysan, maître Hauchecorne. Ce dernier ramasse un petit morceau de ficelle, sous les yeux d’un bourrelier, Malandain, son ancien ennemi. 
Plus tard, un crieur public réclame le vol d’un portefeuille appartenant au maître Houlbrèque . Maître Hauchecorne est alors  accusé d’avoir trouvé et conservé le portefeuille suite au témoignage de Malandain. 
Il est convoqué chez le maire pour s’expliquer, le pauvre a vainement tenter de prouver son innocence et qu’il a simplement ramassé une petite ficelle et non un portefeuille. Ainsi Hauchecorne  est désigné coupable par tous ceux qu’il rencontre. 
Le lendemain, Marius Paumelle, valet de ferme du maître Breton restitue le portefeuille qu’il a trouvé sur la route à son propriétaire;  maître Hauchecorne se croit enfin délivré. 
Cependant, dans les conversations, plus il raconte son récit et plus les autres croient que c’est lui le coupable et Marius n’est que son complice dans ce vol. 
Hauchecorne, tellement humilié par les regards accusateurs et les attitudes incrédules de son entourage, finit par s’aliter et mourut vexé par l’injustice et ses derniers mots sont encore pour essayer de prouver son innocence.

















Le Chevalier Double Schéma narratif et résumé


Schéma narratif et résumé de la nouvelle, Le Chevalier Double,  Théophile Gautier 

             Le schéma narratif

1.La situation initiale:


À vrai dire, cette partie ne constitue pas une situation initiale car elle comporte déjà un élément perturbateur: l’arrivée d’un étranger de la Bohème au château du comte Lodbrog pour demander l’hospitalité à cause du mauvais temps. Cet homme avait un caractère double et chantait devant la comtesse, la futur mère, d’étranges poésies qui troublent le cœur en tenant sur son épaule un corbeau noir. 
Dès lors, la blonde Edwige devenait triste et chagrinée, elle gardait un terrible secret qui pesait sur son cœur. 
Le mire prévoyait par ses calculs astrologiques que l’enfant subit un effet double de deux étoiles : l’une verte et l’autre rouge. Mais  Le comte lui confirme que c’est l’étoile verte qui l’emportera .

2.l’événement perturbateur:

   La naissance d’Oluf, enfant à caractère double comme le maître chanteur de la Bohème.  

3.Les péripéties:

L’échec de toutes les relations entre Oluf et les femmes à cause de sa duplicité.
La condition de Brenda, la jeune chatelaine, pour accepter son amour:« défaites-vous du chevalier à l’étoile rouge, ou je n’écouterai jamais vos propos d’amour ; je ne puis être la femme de deux hommes à la fois. »  Oluf doit alors se débarrasser de son double, le chevalier à l’étoile rouge.
Le combat acharné entre Oluf et son double, le chevalier à l’étoile rouge. Il s’agit d’un combat étrange où le vainqueur souffre autant que le vaincu, où donner et recevoir était une chose indifférente. Oluf s’est battu alors avec son propre spectre.  
 

4. Le dénouement:  

La victoire d’Oluf sur son adversaire intérieur, le chevalier à l’étoile rouge dont le spectre jeta un cri et disparut. 

5. La situation finale:

Oluf revoit son amante Brenda, cette fois elle était joyeuse de voir Oluf sans compagnie de son double, le chevalier à l’étoile rouge, il s’ensuit le bonheur des deux amants.  

Résumé détaillé de l’œuvre

 

              Dans un château vivait le comte Lodbrog et son épouse la comtesse Edwige qui ne pleurait tout le temps, se sentant triste et chagrinée, un terrible secret pesait sur son âme, depuis qu'un étrange de la Bohême visita le palais, il demandait l'hospitalité  au comte pour une nuit mais il restait plusieurs jours  à cause du mauvais temps.
            Ainsi, durant son séjour au château, cet étranger a double caractère, (Il est à la fois bon et diabolique )  envahissait le château par des chants étranges  qui troublaient le cœur et donnaient des idées furieuses, d'où leurs effets séduisant sur l'âme de la blonde Edwige.
       Après le départ de ce maître chanteur, la comtesse donna naissance à un enfant ayant un double caractère tel l'étranger de la Bohême: Tantôt il est bon comme un ange, tantôt il est méchant comme un diable d'où la justesse des prévoyances du mire qui avait assuré que l'enfant subit un effet double de deux étoiles: l'une néfaste, c'est la rouge, l'autre bonne, c'est la verte.

           Dans ses comportements d'enfance et d'adolescence, Oluf manifestait des signes contradictoires, il souffrait alors d'une double personnalité: Deux personnages se heurtent en lui, l'un est bon et sage , l'autre est méchant et diabolique. Dès lors , à l'âge adulte,  cette duplicité entrave son bonheur et influera sur ses rapports avec les femmes. 
          Un jour, il était en rendez-vous d'amour avec sa future fiancée Brenda, mais elle   l'avait accueilli sévèrement  malgré la jungle effrayante qu'il a franchi (à dos de son cheval Mopse suivi de ses deux chiens Fenris et Murg), pour arriver chez elle.
           Ainsi, la jeune châtelaine avait refusé son amour tant qu'il accompagne son double diabolique, le chevalier à l'étoile rouge: Elle lui exige alors de se débarrasser de son double ou elle n'acceptera jamais son amour.
           Alors, Oluf, mécontent mais  courageux et d'une grande force physique, il n'hésita pas à affronter une redoutable tempête pour rejoindre son amante. Il croisa, dans un sentier très étroit un chevalier qui refusa de lui céder le passage. 
              Les deux se livrèrent un combat sanglant. Il découvre alors dans son adversaire un autre lui-même, le chevalier à l'étoile néfaste rouge dont il finit par triompher dans un singulier duel où le vainqueur souffrirait autant que le vaincu, ou donner et recevoir était une chose indifférente. À cette révélation, son double, le chevalier à l'étoile rouge jeta un grand cri et disparut.
              Finalement, Oluf revoit Brenda, cette fois si sans être accompagné de son double, la jeune avait constaté que ses yeux avaient pris la couleur de l'azur, signe de la conciliation céleste. Il s'ensuit alors le bonheur de Brenda et du jeune comte Lodbrog dont les parents reposent enfin en paix.









Rôle du père /impact de son absence

 


Le rôle du père