annonce côté logo

vendredi 11 février 2022

Analyse chapitre XLVIII Dernier jour d'un condamné, Victor Hugo

 


Analyse chapitre XLVIII

 Dernier jour d'un condamné, Victor Hugo

I. La toilette du condamné :

Dans une chambre de l’hôtel de ville une heure avant l’exécution du condamné,  le bourreau et ses deux valets faisaient sa toilette qui consiste à : 

•Couper ses cheveux. 

•Enlever sa veste, détacher sa cravate, couper le col de sa chemise. 

•Lier ses mains et ses pieds par une corde.

II. Les sentiments du condamné :

-J’ai tremblé 

-j’ai eu beau roidir (devenir rigide, inflexible ), beau me crisper(resserrer), le cœur m’a failli(ne pas tenir le coup). 

-Mes coudes ont tressailli (trembler)et j’ai laissé échapper un rugissement ( un cri )étouffé.

III. Les personnes impliquées dans l’exécution : 

  • le bourreau et ces deux valets. La description de ces personnes et de la foule  est dévalorisante dans le but de dénoncer la peine de mort :
  • L’horrible peuple qui aboie. 
  • Le plus vieux, était gras et avait la face rouge .
  • (…) comme des chats..
  • C’était le bourreau, le valet
  • de la guillotine. ..
  • Ces bourreaux sont des hommes très doux  (l’antiphrase : c’est le contraire qu’il veut dire ).
  • Le gros homme au visage bourgeonné. ..

 

IV. Conclusion :

En recourant à l’ironie :<<Ces bourreaux sont des 
hommes très doux>>, le narrateur développé une forte 
argumentation pour défendre sa thèse : l’abolition de la 
peine de mort.


Analyse chapitre XLIII Dernier jour d'un condamné, Victor Hugo

 


Analyse chapitre XLIII

 Dernier jour d'un condamné, Victor Hugo

I. L’événement principal:

La visite de Marie, la fille du condamné.

II. Le contexte spatio-temporel: 

Quatorze heures.   

III Les champs Lexicaux: 

  • L’amour : Aimer, amour, baisers, doux.
  • La déception et le désespoir : cri, mal, sanglot, oublié, 
  •  effacé, désespère, pleurait.

IV. Les sentiments du condamné :

L’amour / la déception/ Le désespoir.

V. Les figures de style:

  • Gradation : Je suis tombé sur ma chaise : sombre, désert, désespéré. 
  • Hyperbole : la dernière fibre de mon cœur est brisée. 
  • Anaphore : Je l’ai prise, je l’ai enlevée dans mes
  •    bras, je l’ai assise sur mes genoux, je l’ai baisée sur ses cheveux.

VI. La visée de l’auteur:

 Dénoncer la peine de mort en voulant toucher les sentiments du lecteur à travers la petite fille du condamné.

VII. Le registre littéraire ou la tonalité:

  • Pathétique,
  • tragique,

Analyse chapitre XXXIV Dernier jour d'un condamné, Victor Hugo

 


Analyse chapitre XXXIV

 Dernier jour d'un condamné, Victor Hugo

I. L’événement principal:

Les méditations du condamné sur son crime et son désir de se repentir.

II. Le contexte spatio-temporel: 

La Conciergerie : une heure (treize heures).    

III Les champs Lexicaux: 

  • Le remord : me repentir (2 fois), remords.
  • La liberté (passé) : libre, pur, innocent promenade, errais, bonheur, marchais 
  • La condamnation : Crime, supplice, dernière, dépareillée, sang, exécrable, terminer, frissonne, mourir.

IV. Les sentiments du condamné :

Le remord/la colère

V. Les figures de style:

  • Comparaison: je frissonne comme d’une chose nouvelle.
  • Métaphore: Ma belle enfance! Ma belle jeunesse! Étoffe dorée.
  • Hyperbole: Il y a une rivière de sang. 
  • Antithèse: Cette année exécrable qui s’ouvre par un crime et se clôt par un supplice.

VI. La visée de l’auteur:

Dénoncer la peine de mort en voulant toucher le lecteur à travers le repentir du condamné.

VII. Le registre littéraire ou la tonalité:

  • Pathétique,
  • tragique,



Analyse chapitre XXII Dernier jour d'un condamné, Victor Hugo


Analyse chapitre XXII

 Dernier jour d'un condamné, Victor Hugo

I. L’événement principal:

L’arrivée du condamné à la Conciergerie annonce déjà

 l’approche son exécution.

II. Le contexte spatio-temporel: 

 La Conciergerie : deux heures et demi.    

III. Les champs Lexicaux: 

  • Le voyage : la rue, chemin, cariole, roulement, Conciergerie. 
  • La terreur : noir, sinistre glacé, cœur allait s’arrêter.
  • La condamnation : soldat, cachot, Conciergerie. 

IV. Les sentiments du condamné :

 La peur/ la terreur

V. Les figures de style:

  • Comparaison+hyperbole : Ces rues qui serpentent et s’entrecoupent comme les milles chemins d’une fourmilière.
  • Hyperbole : J’ai cru que les battements de mon cœur allaient s’arrêter aussi.
  • Périphrase : j’ai sauté à bas du cachot roulant. (La cariole)  
  • Hyperbole :la porte s’est ouverte avec la rapidité de l’éclair.

VI. La visée de l’auteur:

Dénoncer la peine de mort en révélant la torture morale du condamné. 

VII. Le registre littéraire ou la tonalité:

  • Pathétique,
  • tragique,


Analyse chapitre XV Dernier jour d'un condamné Victor Hugo


Analyse chapitre XV

 Dernier jour d'un condamné, Victor Hugo

I. L’événement principal:

Le condamné a quitté l’infirmerie, il est dans son cachot où il pense

 à l’évasion, à la grâce.

II. Le contexte spatio-temporel: 

Bicêtre : deux jours avant l’exécution.     

III. Les champs Lexicaux: 

  •  La vie : jeune, sain, fort, robuste. 
  • L’évasion : m’évader, porte ouverte, laisser.
  • La mort : guillotine, corde, couteau, mourir. 
  • Le désespoir : Plus de chance, plus d’espérance, abîme. 

V. Les sentiments du condamné :

     L’espoir / le désespoir

V. Les figures de style:

  • Hyperbole : "Il m’est venue une idée à me rendre fou." 
  • Antiphrase : "Mon pourvoi sera rejeté parce-que tout est en règle."
  • Euphémisme : "Je suis robuste […] Cependant, j’ai une maladie, une maladie mortelle, une maladie faite de la main des hommes (La condamnation à mort)."

VI. La visée de l’auteur:

Démontrer l’absurdité de la peine de mort.

VII. Le registre littéraire ou la tonalité:

  • Pathétique,
  • tragique,
  • Ironique.

Test de diagnostique françaisTous les niveaux

Test de diagnostique: Tous les niveaux

1.Niveau: Tronc commun